Dans les bois de Païolive

Cet îlot de chênes et de rochers aux formes chimériques saisit le visiteur. À l’abri de ses frondaisons, dans la plus grande discrétion, résident de nombreuses espèces animales et quelques insectes fabuleux.

Avant qu’il suscite l’attention passionnée de géologues et des naturalistes, bien avant même d’être répertorié Espace naturel sensible et classé zone Natura 2000, le bois de Paîolive fut peuplé de fées et de revenants. Et bien avant que le décor de ca bois végétal et minéral aliment toutes nos fantasmagories, l’eau, durant des millénaires, fit un travail de sape, agrandissant fissures et alvéoles du calcaire de ce petit plateau karstique. Au fil du temps, les rochers furent disloqués en chaos aux formes tourmentées : les lapiaz. Encore plus tard, la végétation profita du moindre creux dans la roche pour s’établir. En s’aventurant dans ce vois, on se plaît à voir dans ces étendues antédiluviennes un paysage de cités en ruines, de donjons effondrés enserrés de lianes, de labyrinthes initiatiques. Au détour du sentier voici qu’on surprend un éléphant, plus loin un lion s’apprête à bondir, tout proche un ours hésite à vous poursuivre…

Une fois ce bestiaire minéral appréhendé, le regard se pose sur l’abondance de mousses qui tapissent le sol, les arbres et les rochers. On en a recensé plus de 300 espèces, faisant de Païolive un site d’intérêt européen. la présence de l’ermitage Saint-Eugène, datant du Moyen Âge, ainsi que, çà et là, des grottes et des dolmens disséminés, contribue à l’atmosphère archaïque des lieux. Au temps des guerres de religions, le caractère inextricable de Païolive et ses grottes permirent d’abriter les rassemblements protestants. En sortant du bois, du haut des falaises, on admire la rivière traçant son chemin dans les méandres des gorges du Chassezac. Gagnant de la hauteur, on s’extirpe du dédale de pierre et de chênes verts, et l’horizon s’ouvre sur le grand ciel.

Le bois de Païolive – 3 heures – Moyen

Enfants et parents vont aimer ce bois de chênes et de rochers aux formes fantastiques. Après un court passage un peu sportif, la vue sur le Chassezac récompense de l’effort fourni.

Païolive

Accès : de Aubenas, prendre la D 104 jusqu’aux Vans. Des Vans prendre la D 252, jusqu’au parking des Trois Seigneurs.

Départ :avant d’arriver au parking des Trois Seigneurs, point de départ de la balade, ne pas manquer de s’arrêter, sur la route qui y mène, pour voir les rochers de l’Ours et du Lion.

Parcours établi d’après la carte IGN Série bleue au 1/25 000 n° 2839 OT, Bessèges, Les Vans, Vallée du Chassezac :

Prendre à pied la D 252 à droite, sur 200 mètres. Au carrefour des Trois Seigneurs, prendre le chemin à gauche, balisé en bleu, parmi les chênes verts. À la première fourche, rester sur la droite (1),
Contourner l’ermitage Saint-Eugène pour ne pas déranger la paix des lieux. Poursuivre sur 500 mètres environ et parvenir par la gauche au point de vue sur la vallée du Chassezac. Revenir sur ses pas pour continuer, à gauche, le sentier toujours balisé en bleu. Intéressante zone de lapiaz. Passer devant l’aven  (2).
Dans la montée, continuer à suivre le balisage bleu. Puis descendre doucement dans un passage escarpé jusqu’à la grotte de la Gleysasse (3).
Nouvelle montée sur le sentier, balisé maintenant en jaune; longeant la corniche sur de grandes dalles calcaires. De nombreux points de vue sur les gorges de Chassezac jalonnent ce parcours. Du haut de ce promontoire, faire attention aux à-pics en bords de falaises. Suivre le sentier parsemé de cairns, édifiés par les randonneurs, qui descend dans le vallon.
À la croix jaune (4), prendre à droite le sentier qui mène au carrefour et parking des Trois Seigneurs, le point de départ .

Nos conseils :
Si l’on est sujet au vertige, ne pas longer la corniche ; au point 3, prendre plutôt le raccourci à droite qui permet de rejoindre le départ de la balade.